Prysme Horizon | Neuro-Thérapie
77
post-template-default,single,single-post,postid-77,single-format-standard,woocommerce-no-js,unselectable,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Neuro-Thérapie

Neuro-Thérapie

Au cours des vingt dernières années, de progrès importants ont été  réalisés dans le domaine des soins aux traumatismes et à la souffrance psychique. Plusieurs nouvelles techniques thérapeutiques dont les plus connues sont les techniques de mouvements oculaires.

Ces techniques furent d’abord utilisées pour soulager les traumatismes de vétérans de l’armée américaine. Un grand nombre de sujets aux prises avec le stress post-traumatique éprouvèrent une diminution considérable des manifestations liées au traumatisme.

Les techniques de mouvements oculaires doivent leur efficacité au phénomène des mouvements des yeux rapides (REM : Rapid Eye Movement). Quand l’individu rêve, ses yeux bougent de droite à gauche. Le contenu du rêve reflète souvent des problèmes du jour et des difficultés psychologiques.

Ces techniques ne se limitent pas qu’aux mouvements oculaires et fonctionnent tout aussi bien avec l’ouïe ou le toucher.

Il est possible d’obtenir un soulagement sans aucune visualisation. Un phénomène propre à la stimulation bilatérale du cerveau semble soulager la douleur psychique.

Alors que les formes traditionnelles comme l’EMDR et autres étaient destinées à soigner des souvenirs traumatiques, il est possible d’élargir le champ d’application de la technique pour aborder toutes les émotions pénibles.  Au lieu de se pencher sur les souvenirs troublants, il est possible de se servir  de ces techniques  pour soulager la détresse psychique dans l’instant présent.

De nombreuses études ont montré que les personnes qui cohabitent avec des émotions négatives développent deux fois plus de maladies (maladies cardio-vasculaires, cancers, etc.). Les personnes qui ont reçu un traitement de gestion de la colère ont statistiquement et significativement moins de problèmes cardiaques.

Une étude sur l’exposition aux virus de la grippe montre que 27% des personnes peu anxieuses contractent la maladie, contre 57% des personnes très anxieuses. La dépression également prédit une évolution négative des maladies.

Dans les situations de stress, le corps secrète des substances (prolactine, opiacées, etc.) qui modifient le comportement. Régler le problème du traumatisme permet de revenir à des seuils normaux.

Les personnes ayant été confrontées à un, voire plusieurs, traumatismes ont souvent des comportements sociaux non adaptés qui peuvent nuire à leur crédibilité. Certaines vont s’isoler progressivement et vont parfois jusqu’au suicide ou tentative de suicide. De même, certaines font vivre un véritable enfer à leur entourage et souffrent énormément de la situation.

Des études ont montré que plus les personnes sont envahies par des pensées obsédantes moins leur capacités d’apprentissage étaient développées. Par ailleurs, les émotions jouent également un rôle majeur dans le traitement de l’information. Donc, les traumatismes non traités ou non intégrés ont un impact direct sur les capacités intellectuelles des personnes concernées.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

error: Content is protected !!